Origines et logiques républicaines de l’encartement, et d’autres politiques ‘sécuritaires’

Dans son livre sur l’histoire de la carte nationale d’identité, Pierre Piazza retrace les origines et les raisonnements qui ont mené à l’encartement général de la population. Cela semble d’un certain intérêt, puisque la vérification d’identité est l’outil principal de l’oppression des migrants et des personnes indésirées, sous la République Française, et en tout cas, le prélude à leur déportation.

Bien que beaucoup réfèrent cette politique au régime de Vichy, et bien qu’elles aient bien été un des moyens de la répression des Juifs de France, les origines remontent en fait à la IIIe République, et à la haine qu’éprouvait la population et les élus pour les vagabonds, les nomades et les étrangers.

L’ouvrage de Piazza nous indique que finalement rien n’a changé depuis 2 siècles. Comme aujourd’hui, à droite comme à gauche, des mesures oppressives étaient prises suite à des faits divers. Des populations toutes entières sont stigmatisées et réprimées pour les méfaits de quelques uns, sur la suspicion raciste qu’ils sont tous pareils, que la culpabilité est collective. Présomption d’innocence pour les citoyens français, présomption de culpabilité pour les autres.

Dans ce livre on peut voir un extrait du journal Le Matin, datant du 12 décembre 1913. “Comment mesure-t-on les nomades.” 4 photographies montrent les mesures qui sont faites sur une famille “en route pour Melun.” La quatrième photographie montre “[u]ne gamine de la tribu devant l’appareil. Sous son menton est fixé le numéro matricule qui la suivra dans la vie.” En 1913, avant les camps, la France tattouait les “populations à risque,” et un journal relatait la chose avec la plus grande tranquillité du monde.

L’encartement était, comme aujourd’hui avec les puces RFID, justifié sur des bases sécuritaires. Là où certains voyaient une action policière plus efficace, d’autres rêvaient carrément d’une société pacifiée de tout crime. Les criminels ne pourraient plus se cacher. Nous avons aujourd’hui le bénéfice de deux siècles d’expérience, et nous pouvons dire sans hésitation que cet objectif n’a pas été atteint. De plus, les origines racistes et la naïveté exaspérante ont permis ensuite à Vichy de récupérer et d’utiliser les propositions d’encartement pré-Occupation, pour les fins qu’on sait. Cela devrait donner à réfléchir.

Pour ma part, je remarque que dans cette course à la puissance étatique, les plus malins et les plus organisés continuent à tirer leur épingle du jeu, tandis que les gens “normaux” si je puis dire sont toujours plus à la merci de l’état, supposé écarté de toute récupération fasciste pour toujours et à jamais.

Quand quelqu’un dit “Si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre,” il faut comprendre “Si vous n’avez rien à me cacher.” Car, qui définit ce qu’il y a à cacher? Les français qui votent de plus en plus pour le FN, ou qui pratiquent leurs idées dans les partis plus modérés qui eux arrivent toujours au pouvoir? Fabuleuse perspective! Que se passera-t-il quand avec tous ces pouvoirs renforcés, un xénophobe arrivera au pouvoir? Quoi, c’est déjà le cas? Vraiment?

Au lieu de laisser l’état se faire toujours plus puissant, il appartient à la population de s’armer et de s’entraîner. Du point de vue du gouvernement, en revanche, laisser le peuple se fortifier, c’est devenir inutile et même, impossible. Chose donc que les gouvernants craignent par-dessus tout. Une population in-gouvernable. Notre vulnérabilité est en fait la condition nécessaire de la continuation du gouvernement de la République Française.

This entry was posted in Analyse, Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s