A reaction to the Zine

I have just finished reading the Zine that E printed out and I must say good job. I wish I had taken the time to write something; but I really didn’t feel inspired at all, and I just let it go. It is quite interesting to see writing by people I know, relating events I have heard of, but in so much more details. Now I am inspired to write, and the reason is the contribution by nobordersmanchester about the ‘English’ anarchists, pp 18-20. Here is what the contribution says:

The ‘English’ anarchists – of that identity they seem to be proud – write on blogs and discussion forums that they will stand in defence of the working class when the “liberals” of No Borders abolish immigration controls in favour of capitalist exploitation. There is Matt D., member of the IWW and Liberty & Solidarity who blogs at ‘workers self organisation’. He draws a distinction that could have come straight from a primitivist or gated-communities pamphlet: “no borders… or community control of resources”. The No Borders position for him is “un-anarchist” as it “can only be realised if some large international body enforces it”. Or take 9/11 Cultwatch writer Paul Stott who finds it hard to believe that anarchists would “travel to another country” in solidarity with migrants rather than staying here in solidarity with workers facing recession. Even Class War founder Ian Bone on his blog defines class struggle in national terms: “it’s our England we will fight for”. Paul Stott again adds to this a typical expression of labour movement nationalism: “Is there anything more likely to drive down existing wages than mass immigration?”

I had a good opinion of anarchists from the UK this far; but I guess it was because I was interacting with No Borders anarchists. This drove me fucking nuts all afternoon, the reaction included, and I intend to go yell at the fuckers who wrote all this bullshit the way I yell at the fascist cops. If you can listen to this song, you’ll get an idea.

Let’s start with the idea that abolishing immigration controls goes in favor of capitalist exploitation. This is what the author responds, in his first point: « To say that capitalism would benefit from no borders is to overlook the role border control has served and continues to serve in the maintenance of an exploitative status quo.  »The author says, therefore, that borders are part of capitalism; the moron above says it will benefit from their disappearance. What is capitalism again ? It is, in a nutshell, absentee ownership defended by the state, and the concentration of wealth in the hands of a ruling elite. What then has movement control to do with it ? Nothing. A nation-state makes a difference between natives and strangers; decides to enforce movement control. The author is justified to point out that borders make migrants more vulnerable, and that certainly helps exploiting them; but abolishing borders would not, in and of itself, hurt or benefit capitalism as an economic system of exploitation, since the number of people on a land, higher, lower, or identical, cannot possibly put an end to, nor create, the said exploitation, which exists artificially and is enforced by the state.

The concentration of wealth is what makes workers, all workers wherever they’re from, so helpless. Free movement will make migrants less vulnerable/more independent once they arrive; but they’ll face the same hardship in making a life for themselves. So instead of trampling on people’s rights, you might think of trampling on the pigs who shouldn’t even have all this power to begin with. Why do anarchists think with a capitalist framework, I can only wonder.

Next, Mr Matt D., who is lucky his last name didn’t appear on this zine, says « The No Borders position can only be realised if some large international body enforces it. » Uh. Sorry ? Isn’t there a large international body already enforcing borders ? Something kinda like the thing that starts with European and ends with Union. Borders are not natural, they are created from scratch by states after wars and negociations between ruling elites. What sense does it make for any anarchist to support a border around millions and millions of square miles, a border that only exists because of states ? None at all. It simply means a cuckoo needs to find its nest; near an asylum, preferably. Would be quite appropriate.

What to make of the distinction that seems to scare anarcho-communists, or wherever the Nick Griffins Mk II quoted above actually are on the political spectrum, that no borders would mean a community couldn’t control its resources ? First of all, No Borders means no national borders, obviously. We thought the slogan ‘No Borders No Nations Stop Deportations’ was clear enough. This specification is also found in the activist trauma support bit, page 27. (« Whilst everybody involved is working towards No (National) Borders, there are still personal borders which need to be respected.  ») And now, I need to break it down to the idiots who have no brains: the reason there isn’t any control of any resource by any community in England, and the reason there cannot be any such thing, is because your ‘community’ is a nation controlled by a state; and this control comes through a legislation, and this legislation holds sway over a territory, an immense piece of land, which is the jurisdiction of the pathetic ‘community’ which Ian Bone calls his; in order for all this bullshit to make sense, there has to be borders separating nationals from non-nationals. That’s how borders work you idiots!

The way to community control of resources is through the end of states, and therefore, the end of all borders. May I also add that I do not intend to spend one second near any of these racists’ communities ? What, racists ?! YES. « Or take 9/11 Cultwatch writer Paul Stott who finds it hard to believe that anarchists would “travel to another country” in solidarity with migrants rather than staying here in solidarity with workers facing recession. » Poor workers facing recession! It’s right in front of them ! They’re getting chased by the police, clubbed, tear-gased, arrested and released, they risk their lives trying to have their— oh sorry. My bad. I thought we were free and equal. I guess we were just on the other side of the border where the possibility for a white to be poorer is so terrible that in comparison, the possibility of dying for a brown-skinned is not that important. In comparison you see. I’d like to compare Paul Stott’s ass to Hitler. May he die soon.

And let’s finish with this gem from Hitler’s grand-son, or something:

Is there anything more likely to drive down existing wages than mass immigration?”

That’s what pisses me off about the response of the author. It’s not there. Doesn’t mention it. Well, what would happen in a case of mass immigration ? First of all, there wouldn’t be a mass immigration. The mass immigration, whatever its degree, is happening now. Second, what the fuck is it with people who can’t add one and one ? Or maybe, what is it with people who can only add one and one. More people, less money ? That’s all they can muster ? What is the response to low wages ? Is it less workers ? Are we going to deport workers elsewhere ? If Hitler’s grand-son was consistent, he would do it. People aren’t free you see, states can control their movement; it’s the community’s control of resources that requires it. England is their community.

No, that’s not how it works for Hitler Mk III. Let’s turn to an individualist for an explanation of why English workers wouldn’t be deported in the name of the community control.

Our courts would want no other authority than this truth, thus acknowledged, for setting at liberty any individual, other than one having negro blood, whom our governments, state or national, should assume to authorize another individual to enslave. Why then, do they not apply the same law in behalf of the African? Certainly not because it is not as much the law of his case, as of others. But it is simply because they will not. It is because the courts are parties to an understanding, prevailing among the white race, but expressed in no authentic constitutional form, that the negro may be deprived of his rights at the pleasure of avarice and power.

This was Lysander Spooner, explaining why Whites are free and Blacks are not, in the America of 1845. Mr Stott wants Black and Brown people’s freedom limited so his cherished wages are better. That is racist. Let him die soon, oh Lord.

I’ve been quite angry, this is very good. I said I’d be. But I want to say that I don’t care much for who is or wants what, so long as there’s this anarchist prefix. That’s freedom, isn’t it ? But when someone pretends to this prefix and then supports an institution which requires a state in the first place, then you’ve crossed the line. Fuck them.

But also, let’s not forget that in addition to bringing a need for jobs, migrants also bring a need for housing, clothing, food, etc. That’s how it works you see. People need stuff, and stuff is provided, that requires work. Oh !!!! Suddenly I’m not a racist English ‘anarchist’ anymore ! And that’s why Mr Stott doesn’t even need to go all the way with his scary-ass comments, and ask for birth control, also by the State, which is only, after all, somehow, the voice of the community. (Cause you see, if there’s more people inside the nation, then there’s less money around for each person! Oh no! Wages down! Malthus, actually a visionary anarcho-communist !)

This entry was posted in Analyse. Bookmark the permalink.

3 Responses to A reaction to the Zine

  1. littlehorn says:

    Je viens de finir de lire le Zine que E a imprimé, et je dois dire, beau boulot! J’aurais aimé avoir pris le temps d’écrire quelque chose; mais je ne me sentais vraiment pas inspiré du tout, et j’ai laissé filer. C’est assez intéressant de lire les écrits de personnes que je connais, racontant des évènements dont j’ai entendu parler, mais avec tellement plus de détails. Maintenant, j’ai l’inspiration nécessaire pour écrire, et cela est dû à la contribution de nobordersmanchester sur les anarchistes ‘Anglais,’ pages 18 à 20. Voici ce que la contribution dit:

    Les anarchistes ‘Anglais’ – de cette identité ils semblent être fiers – écrivent sur les blogs et les forums de discussion qu’ils prendront la défense de la classe ouvrière pendant que les “libéraux” de No Borders abolissent les contrôles migratoires en faveur de l’exploitation capitaliste. Il y a Matt D., membre de IWW et Liberty & Solidarity qui écrit pour le blog ‘workers self organisation’. Il fait une différence qui pourrait venir directement d’un pamphlet primitiviste ou communautariste: “pas de frontières… ou bien le contrôle communautaire des ressources”. La position de No Borders pour lui est “non-anarchiste” parce qu’elle “ne peut être réalisée que si un grand corps international l’applique”. Ou prenez Paul Stott l’auteur de 9/11 Cultwatch qui a du mal à croire que des anarchistes “iraient dans un autre pays” en solidarité avec des migrants plutôt que de rester ici en solidarité avec les travailleurs faisant face à la récession. Même le fondateur de Class War, Ian Bone, définit la lutte des classes en terme de nation: “c’est pour notre Angleterre que nous nous battrons”. Paul Stott ajoute également à cela une expression typique du nationalisme du mouvement ouvrier: “Y a-t-il quoi que ce soit qui a plus de chances de baisser les salaires existants que l’immigration de masse ?”

    J’avais une bonne opinion des anarchistes d’Angleterre jusque-là; mais j’imagine que c’était parce que j’interagissais avec des anarchistes de No Borders. Ca m’a retourné les sangs toute l’après midi, la réaction incluse, et je compte bien aller hurler contre les enculés qui ont écrit toutes ces conneries de la manière dont je hurle contre les flics fascistes. Si vous pouvez écouter cette chanson, vous aurez une idée.

    Commençons avec l’idée qu’abolir les contrôles migratoires va dans le sens de l’exploitation capitaliste. Voici ce que l’auteur répond, dans son premier point: “Dire que le capitalisme bénéficierait de l’absence de frontières c’est oublier le rôle que les contrôles aux frontières ont servi et continuent de servir dans le maintien d’un status quo exploitant.” L’auteur dit, donc, que les frontières sont une partie du capitalisme; le crétin ci-dessus dit qu’il bénéficiera de leur disparition. C’est quoi le capitalisme déjà ? En accéléré, c’est la possession absente protégée par l’état, et la concentration des richesses dans les mains d’une élite dirigeante. Qu’est-ce que le contrôle du mouvement a à voir avec celui-ci ? Rien. Un état-nation fait une différence entre les natifs et les étrangers; et décide d’appliquer le contrôle du mouvement. L’auteur a raison de montrer que les frontières rendent les migrants plus vulnérables, et cela aide certainement à les exploiter; mais le capitalisme, en tant que système économique d’exploitation, ne serait pas blessé ou aggrandi par la seule abolition des frontières, puisque le nombre de personnes sur une terre, qu’il soit plus grand, inférieur, ou identique, ne peut en aucun cas mettre un terme, ou créer, la-dite exploitation, qui existe artificiellement et qui est défendue par l’état.

    La concentration des richesses est ce qui rend les travailleurs, tous les travailleurs d’où qu’ils viennent, aussi impuissants. Le libre mouvement rendra les migrants moins vulnérables/plus indépendants une fois arrivés; mais ils auront la même difficulté à se faire une vie. Donc au lieu de piétiner les droits des gens, vous devriez penser à piétiner les porcs qui ne devraient même pas avoir tout ce pouvoir pour commencer. Pourquoi des anarchistes réfléchissent dans un cadre capitaliste, je me le demande.

    Ensuite, Mr Matt D., qui a de la chance que son nom n’apparaisse pas sur ce zine, dit “La position de No Borders ne peut être réalisée que si un grand corps international l’applique.” Euh. Pardon ? Il n’y a pas un grand corps international qui applique déjà les frontières ? Quelque chose un peu comme un truc qui commence par Union et qui finit par Européenne. Les frontières ne sont pas naturelles, elles sont créées entièrement par les états après les guerres et les négociations entre les élites dirigeantes. A quoi ça rime pour un anarchiste de soutenir un frontière autour de millions et de millions de kilomètres carré, une frontière qui n’existe que grâce aux états ? Ca rime à rien. C’est simplement un coucou qui a besoin de trouver son nid; près d’un asile de préférence. Ce serait fort à-propos.

    Et que faire de la distinction qui semble effrayer les anarcho-communistes, ou quelque soit la position sur le spectre politique des LePen N°2 pré-cités, que l’absence de frontières signifierait qu’une communauté ne pourrait pas contrôler ses ressources ? Pour commencer, l’absence de frontières fait référence aux frontières nationales, de toute évidence. On pensait que le slogan ‘Pas de Frontières Pas de Nations Arrêtez les Déportations’ était suffisamment clair. Cette stipulation se trouve dans la partie du soutien traumatique, page 27. (“Bien que tous ceux qui sont impliqués travaillent pour l’abolition des frontières (nationales), il y a quand même des frontières personnelles qui doivent être respectées.”) Et à présent, je dois tout expliquer aux idiots qui n’ont pas de cervelle: la raison pour laquelle il n’y a pas le moindre contrôle de la moindre ressource par la moindre communauté en Angleterre, et la raison pour laquelle il ne peut pas y avoir une chose pareille, c’est que votre ‘communauté’ est une nation contrôlée par un état; et ce contrôle s’effectue à travers une législation, et cette législation est dominante sur un territoire, un immense morceau de terrain, qui est la juridiction de la pathétique ‘communauté’ que Ian Bone surnomme la sienne; pour que toutes ces conneries aient un sens, il faut des frontières séparant les citoyens des non-citoyens. C’est comme ça que les frontières fonctionnent bande de crétins !

    La manière d’obtenir le contrôle communautaire des ressources est de mettre fin aux états, et par conséquent, de mettre fin aux frontières. Puis-je ajouter également que je ne compte pas passer une seule seconde près d’une seule de ces communautés de racistes ? Quoi, des racistes ?! OUI DES RACISTES. “Ou prenez Paul Stott l’auteur de 9/11 Cultwatch qui a du mal à croire que des anarchistes “iraient dans un autre pays” en solidarité avec des migrants plutôt que de rester ici en solidarité avec les travailleurs faisant face à la récession.” Pauvres travailleurs qui font face à la récession! Elle est en plein devant eux ! Ils se font chassés par la police, matraqués, gazés, arrêtés et relâchés, ils risquent leurs vies pour essayer d’avoir leur — oh pardon. Mes excuses. Je pensais que nous étions libres et égaux. J’imagine qu’en fait on est juste de l’autre côté de la frontière où la possibilité pour un blanc d’être plus pauvre est tellement terrible qu’en comparaison, la possibilité de la mort pour un marron n’est pas si importante. En comparison, vous voyez. J’aimerais comparer la gueule de Paul Stott à Hitler. Qu’il meure bientôt.

    Et finissons avec cette gemme du petit-fils d’Hitler, ou quelque chose comme ça:

    “Y a-t-il quoi que ce soit qui a plus de chances de baisser les salaires existants que l’immigration de masse ?”

    C’est ce qui me fait chier avec la réponse de l’auteur. Elle n’est pas là. Pas de mention de ça. Et bien, que se passerait-il dans le cas d’une immigration de masse ? D’abord, il n’y aurait pas d’immigration de masse. L’immigration de masse, quelle que soit son degré, a lieu en ce moment même. Ensuite, quel est le problème de ces gens qui peuvent pas faire un plus un. Ou peut-être, quel est le problème de ces gens qui ne peuvent que faire un plus un. Plus de gens, moins d’argent ? C’est tout ce dont ils sont capables ? Quelle est la réponse aux faibles salaires ? Moins de travailleurs ? Est-ce qu’on va déporter les travailleurs autre part ? Si le petit-fils d’Hitler était cohérent, il le ferait. Les gens ne sont pas libres vous voyez, les états peuvent contrôler leur mouvement; c’est le contrôle communautaire des ressources qui le demande. L’Angleterre est leur communauté.

    Non, ce n’est pas comme ça que ça marche pour Hitler N°3. Tournons-nous vers un individualiste pour une explication de la raison pour laquelle les travailleurs Anglais ne seraient pas déportés au nom du contrôle communautaire.

    Nos courts ne voudraient aucune autorité autre que cette vérité, reconnue ainsi, pour libérer un individu, autre qu’une personne ayant du sang noir, dont nos gouvernements, étatiques et national, prendraient la responsabilité d’autoriser un autre individu à le mettre en esclavage. Pourquoi donc, n’appliquent-ils pas la même loi pour le bien de l’Africain ? Certainement pas parce que ce n’est pas autant la loi dans son cas, comme elle l’est dans le cas des autres. Mais c’est simplement parce qu’elles ne le feront pas. C’est parce que les courts font partie d’un accord, prédominant dans la race blanche, mais pas exprimé sous une forme constitutionnelle authentique, que le nègre peut être privé de ses droits au plaisir de l’avarice et du pouvoir.

    C’était Lysander Spooner, expliquant pourquoi les Blancs sont libres et les Noirs non, dans l’Amérique de 1845. Mr Stott veut que la liberté des gens noirs et marrons soit limitée pour que ses salaires chéris soient meilleurs. Cela est raciste. Laissez-le mourir bientôt, oh Seigneur.

    J’ai été bien en colère, c’est très bien. J’ai dit que je le serais. Mais je veux dire que je me fiche un peu de qui est quoi, tant qu’il y a ce préfixe: ‘anarcho-‘. C’est la liberté, n’est-ce pas ? Mais quand quelqu’un prétend à ce préfixe et soutient ensuite une institution qui nécessite un état pour commencer, alors vous avez dépassé les bornes. Je les emmerde.

    Mais également, n’oublions pas qu’en plus d’amener un besoin de travailler, les migrants apportent aussi un besoin d’hébergement, de vêtements, de nourriture, etc. C’est comme ça que ça marche vous voyez. Les gens ont besoin de trucs, des trucs sont fournis et cela nécessite du travail. Oh !!!! Tout à coup je ne suis plus un ‘anarchiste’ raciste Anglais! Et voilà pourquoi Mr Stott n’a même pas besoin d’aller jusqu’au bout de ses commentaires à mettre les cheveux sur la tête, et demander le contrôle des naissances, également par l’Etat, qui n’est seulement, après tout, d’une manière ou d’une autre, la voix de la communauté. (Parce que vous voyez, s’il y a plus de gens dans la nation, alors il y a moins d’argent pour chacun ! Oh non ! Les salaires baissent ! Malthus, en fait un anarcho-communiste visionnaire !)

  2. sialac says:

    feel the wrath of no mercy!

    glad that the articles could provide some cathartic release…it is a problem that we addressed in our workshop last saturday, this very ‘traditional’ notion of class that some anarchists subscribe to, which never takes into account the impact of globalization etc on the class system

    (e.g i gave, someone who has migrating from another country where they were of a different social position than they find themselves when they come to calais and they are living in the street).

    class, in my perspective, like many other areas of privilege, isn’t neccessarily fixed, it is always acting upon us, but can also change depending on our situation.

    notions of class as a rigid construction does not consider the impact of migration.

    and because of this it is unhelpful in connection with any critique of a ‘no borders’ position…

    xx

  3. Saying that eliminating borders benefits capitalist oppressors is like saying that eliminating the prohibition on drugs benefits drug dealers. Immigration laws are nothing more than tools to facilitate the exploitation and black mail of workers. Similarly, the issues and politics of immigration are nothing more than a way to turn workers against one another and disguise the true nature of that exploitation.

    The notion that a lack of borders would have to be enforced is enough to make my head explode if I think about it for more than a few seconds. That guy needs to return his red card.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s